Séance plénière, séance sportive

Séance plénière, séance sportive

Aujourd’hui avait lieu une longue séance plénière au Département de l’Eure. Les deux sujets traités ont été analysés, débattus alors même que nous n’avions eu les dossiers relatifs au bon fonctionnement démocratique de cette institution. Il s’agissait donc de débattre après une présentation de la DREAL sur le contournement Est de Rouen ainsi que sur la stratégie adoptée pour l’attribution du RSA.

Autant dire que des choses à dire il y en avait… Mais malgré tout, la majorité de droite s’entête voire signe son absence de transparence en évitant soigneusement d’apporter la possibilité pour l’opposition de préparer ses interventions. Elle la prive, elle nous prive (et c’est la seconde fois en un mois) des dossiers propres aux sujets abordés. Bref !
Mais il en aurait fallu bien plus pour bâillonner notre groupe.

A propos du contournement Est
Voilà donc que ce matin, après la présentation partisane de la DREAL (qui fait semblant d’avoir joué le jeu de la concertation alors qu’elle a seulement assuré le service minimum de la présentation d’un projet déjà ficelé aux habitants de l’Eure), les débats furent lancés. Pour ce qui nous concerne, Gaëtan LEVITRE a commencé par rappeler qu’en 2005 un projet avait été présenté et avait fait l’unanimité avant de se transformer en un vaste chantier de construction autoroutier destiné à favoriser la vitesse des flux dans une société européenne dictée par la marchandisation.

Il s’est par ailleurs étonné qu’on présente en cette séance l’autoroute comme la solution qui favoriserait les modes de transports en commun : ben voyons… et pourquoi ne pas parler du miracle CO2 qui viendrait développer la production de légumes bio sur les abords des péages pendant qu’on y est.

Plus sérieusement, et pour ce qui concerne le barreau Eurois, « oui, nous avons demandé à maintes reprises la création d’une commission qui aurait pu avoir pour vocation le désenclavement de la Vallée de l’Andelle avec, pourquoi pas, une organisation de transports en commun mais bien plus encore. Il aurait s’agit de mener la réflexion sur le train et notamment sur la ligne – Charleval, Etrépagny, Pontoise – pour amener le fret de l’autre côté de Paris. Il aurait s’agit aussi de parler aménagement, réouverture de nos petites gares au regard de ce qui pourrait devenir demain un des poumons économique de cette vallée : le port fluvial et la zone économique qui en découlera à Alizay. »
Mais à ce jour, rien, nada, silence radio : la DREAL sait parfois se faire discrète…

Au lieu de ça, elle préfère nous vendre l’autoroute au mépris de nombreux tissus agricoles qui vont se voir décharnés sur l’autel des profits et au détriment des nous tous, les Usagers. Car oui, Mesdames, Messieurs, vous allez payer pour ce projet inique. Et même plusieurs fois. Une fois au péage, une fois par vos impôts et une petite dernière par les collectivités qui vont être contraintes de réguler la balance commerciale de la société d’autoroute du côté de la hausse. Autrement dit, si cette société est déficitaire, les communes banqueront !

Ce que les élus communistes, écologistes et citoyens demandent, c’est que l’on écoute les élus de proximités. Eux-mêmes savent et sont d’accord pour que Rouen bénéficie d’un contournement comme chaque grande ville qui se respecte, là n’est pas la question. Mais il faut assurer celui-ci des garanties de l’intérêt général humain avant la finance. Ça sous-entend donc des nouveaux axes de circulations gratuits, sans péages et qui respectent l’environnement. Pour traverser la Seine entre Alizay et le Manoir, nous demandons un pont avec une route à deux fois une voie, sans péage pour ne pénaliser ni les usagers, ni les entreprises susceptibles de venir s’installer sur cette partie du territoire. D’ailleurs, faut-il rappeler que tous les élus sans exception ont refusé catégoriquement ce projet qui nous fut présenté ce matin par la DREAL. A titre d’exemple, les élus de la communauté d’agglomération Seine Eure ont voté à l’unanimité une motion en ce sens.
En conclusion, Gaëtan LEVITRE, Maryanick DESHAYES et Serge MASSON (Andrée OGER avait donné pouvoir à Gaëtan LEVITRE) ont proposé l’adoption de cette même motion pour le Département : Motion adoptée à l’unanimité.

A propos du RSA
Feu d’artifice, Pompon, Bougies magiques, bignou et confettis… Voilà quelques qualificatifs du torrent d’huile déversé en chœur par la majorité pour faire pleurer la mariée !
Après une étude « interne » du département sur le RSA et son impact financier de 60 millions, nous avons assisté à quelques tirades de la droite pas piquée des hannetons. Ainsi et encore une fois, aucune discussion de fond sur ce qui provoque une telle misère en France et bien sûr dans l’Eure.

Soyons clair : il n’est pas question pour nous de défendre les vrais tricheurs, qu’ils soient dans le besoin ou millionnaires. Et à ce jeu du plus fort gagne, la palme d’or est attribuée à tous ceux qui volent le fisc, aux patrons voyous qui ne paye pas pleinement les contributions sociales. La fraude fiscale coûte annuellement à la France entre 60 et 80 milliards d’euros et ceci sans compter l’évasion fiscale, rendez-vous compte !
Alors effectivement, moralement, un tricheur reste un tricheur mais nous considérons que la mesure n’est pas la même lorsqu’il s’agit d’un classieux nanti qui confirme ses actes criminels en dépeçant jour après jour notre pays de son économie : économie qui devrait normalement entrer dans le cercle vertueux de l’intérêt général et de l’investissement productif.

Voilà ce qu’a pu dire Serge MASSON à l’assemblée majoritaire de droite qui, encore une fois, s’offusqua dans la forme pour éviter de traiter du fond.

Voici le discours prononcé en entier

Categories: Élu

à propos de l'auteur

Écrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs exigés sont marqués d'un **