FN = Fraude nationale ?

FN = Fraude nationale ?
Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN, a été mis en examen pour « recel d’abus de biens sociaux ». 

L’étau se resserre. Wallerand de Saint-Just, trésorier du Front national, a été mis en examen le 21 septembre pour « recel d’abus de biens sociaux » dans l’enquête sur le financement de campagne du FN lors des législatives de 2012. La tête de liste du parti d’extrême droite pour les régionales de 2015 en Île-de-France a aussi été placée sous le statut de témoin assisté pour délit de « complicité d’escroquerie » au préjudice de l’État. Il ne s’agit pas de la première mise en examen dans cette enquête : Jeanne, microparti géré par des proches de Marine Le Pen, le vice-président du FN Jean-François Jalkh, le Front national lui-même, l’agence de communication Riwal et son patron Frédéric Chatillon le sont déjà. Les enquêteurs soupçonnent le FN, Jeanne et Riwal d’avoir mis en place un système d’enrichissement frauduleux avec de l’argent public. Selon leur scénario, le parti a obligé nombre de ses candidats à acheter un kit de campagne à Riwal – obligation interdite par le Code électoral – en souscrivant, si besoin, un prêt de 6,5 % – supérieur à celui des banques – auprès de Jeanne. Ces kits, vendus 16 650 euros, surfacturés dans le but de « majorer des dépenses électorales remboursables », selon la justice, ont ensuite été remboursés par l’État, dans le cadre du financement public des frais de campagne pour les candidats ayant obtenu 5 % des voix. Emplois fictifs, fausses factures et financement illégal de parti politique via des facilités de paiement attribuées par Riwal au FN sont également dans le viseur de la justice, qui estime que les sommes détournées atteignent les 10 millions d’euros.

Categories: PCF
Tags: Non au FN

à propos de l'auteur

Écrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs exigés sont marqués d'un **